RSS Facebook Twitter
main_bayrou-borloo1
 

François Bayrou et Jean-Louis Borloo présentent leur Charte de partenariat

Jean-Louis Borloo et François Bayrou ont officialisé ce mardi le lancement de leur «alternative».

Les centristes Jean-Louis Borloo (UDI) et François Bayrou (MoDem) proposent dans leur charte, lancée mardi, une «alternative» visant à protéger la France des extrêmes, sur la base d’une alliance «impossible avec le PS» et d’un partenariat «naturel» avec la droite républicaine. «Nous nous présenterons ensemble à toutes les élections nationales, régionales et européennes», expliquent les deux présidents de partis dans ce contrat de quatre pages scellant l’union de leurs formations pour donner naissance à «UDI MoDem l’alternative».

«Notre candidate ou notre candidat à l’élection présidentielle sera désigné(e) en commun par une procédure démocratique». Les élections locales, elles, «obéissent à une logique de territoire, tout en s’inscrivant dans une cohérence nationale». Pour les deux hommes, il y a «urgence», car «les Français, désabusés par les alternances, n’aperçoivent plus de solution politique au point qu’ils sont tentés par un extrémisme qui conduirait au chaos».

«Face à cette situation, des signes de fragilité se multiplient, au sein même de certains courants républicains», ajoutent-ils dans une allusion à l’UMP. «Aujourd’hui, la gravité de la situation nous oblige au rassemblement» afin de «faire face à la crise». «Nos valeurs n’ont jamais cessé d’être les mêmes, nos convictions aussi, même si nous avons été séparés par la bipolarisation de la vie électorale, que nous jugeons excessive et voulons réduire par un changement des institutions».

Opposition «constructive»

Les deux hommes «condamnent la politique suivie par la majorité actuelle et le gouvernement, qui accumulent les échecs parce qu’ils demeurent prisonniers d’une vision du monde dépassée, refusant les réformes en profondeur, et sont donc condamnés à la fuite en avant, notamment dans le domaine de la fiscalité». Ils promettent une opposition «constructive» : «Nous nous engageons ensemble pour protéger notre pays de toute tentation ou de toute dérive en direction des extrêmes», écrivent-ils.

«L’alliance avec le PS et les appareils de la coalition au pouvoir est impossible. En ce qu’elle respecte les valeurs humanistes, la droite républicaine est naturellement notre partenaire politique», poursuivent-ils. La majorité pouvant aller «jusqu’aux sensibilités écologistes et sociales-démocrates». Ils se décrivent comme humanistes, républicains, démocrates, réformistes, Européens, «porteurs d’une exigence de développement durable».

Un comité exécutif de l’UDI et de l’équipe dirigeante du MoDem assurera la coordination politique de la nouvelle formation. Tous les parlementaires du MoDem et de l’UDI en seront membres. Un bureau exécutif restreint sera désigné.

Sentant le danger, Jean-François Copé, le président de l’UMP, a d’ailleurs choisi le jour de ce rapprochement chez les centristes pour annoncer que son parti présenterait un projet d’alternance début 2014.

 

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire