RSS Facebook Twitter
BAYROU
 

Jacqueline Gourault : « Le centre s’est affaibli de l’intérieur mais il existe »

Jacqueline Gourault au lendemain du 2ème tour législatif. 

La Nouvelle République.

Elle fait partie du dernier carré. Réélue sénatrice de Loir-et-Cher en septembre dernier, Jacqueline Gourault est une des douze parlementaires – quatre sénateurs, trois députés, cinq députés européens – à porter encore l’étiquette du Mouvement démocrate, au lendemain de ces législatives qui ont aussi vu la défaite du premier d’entre eux, François Bayrou.

Pas question, pour autant, de baisser les bras. Proche du président du MoDem, Jacqueline Gourault avoue « être triste pour lui ». Avant de mettre en garde ceux qui voudraient l’enterrer trop vite : « D’autres ont été battus lors de législatives et sont revenus dans le circuit, comme Alain Juppé ou Martine Aubry, rappelle-t-elle avec malice, en politique, il faut toujours relativiser les pages qui se tournent ! »
Au-delà du cas Bayrou, la sénatrice livre son analyse de l’échec électoral du centre : « Il faut remonter à 2002 avec la création de l’UMP, aspirant une grosse partie de l’UDF grâce aux manœuvres de Raffarin, détaille Jacqueline Gourault. François Bayrou n’a jamais été responsable de la disparition de l’UDF, lui, au contraire ! »
Et puis il y a eu 2007, la création du Nouveau Centre rallié dans le département par Maurice Leroy et Nicolas Perruchot, et celle du Mouvement démocrate avec Jacqueline Gourault, et Marc Fesneau le maire de Marchenoir.
« Ça n’a pas réussi à tous les centristes de rallier l’UMP, quand on voit aujourd’hui que Charette est battu dans le Maine-et-Loire, lâche la sénatrice au passage, et le Nouveau Centre n’est pas brillant non plus, avec deux fois moins de députés, y compris Nicolas Perruchot, qui a pourtant fait un vrai travail de parlementaire et qui s’en sort dignement, après une belle campagne à Blois. »
Et Jacqueline Gourault de conclure : « Tout ça veut dire quoi ? Que si les centristes avaient été tous ensemble, ils auraient été dans une position plus forte pour discuter avec les deux grands partis. »

En cette période de réflexion pour une recomposition du centre, le message ne peut pas être plus clair.

Catherine Simon
Source : La Nouvelle République.fr
Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire

 
 
 
 
 
 

1 Commentaire

Le problème, Mme GOURAULT , provient des chefs de partis , ils veulent tous le pouvoir, à commencer par BAYROU

Par CORNARDEAU, le 29 septembre, 2012