RSS Facebook Twitter
bayrou16
 

« L’Europe est une famille. Lorsqu’un membre de la famille est malade, tout le monde se sent mal »

 

pour écouter l’interview, cliquer ici

 

François Bayrou était l’invité de RTL Midi, jeudi 3 novembre. Revenant sur la situation difficile de la Grèce, le leader centriste a comparé l’Europe à « une famille » et appelé à davantage de solidarité entre ses membres.

« Ce qui est aveuglant, c’est que l’Europe n’a plus de direction compréhensible par tous. Elle n’est plus capable d’exprimer ses choix et ses orientations. Son fonctionnement n’est plus compréhensible. Tout est présenté comme si la France et l’Allemagne étaient les chefs de l’Europe et convoquaient les autres États. L’Europe, pour moi, ce n’est pas », a-t-il d’abord exprimé.

Qualifiant la faillite partielle de la Grèce de « faute grave de stratégie », le président du Mouvement Démocrate a estimé que son seul impact direct serait de « faire monter les taux d’intérêt ». Dans ce contexte, « l’erreur du gouvernement grec n’est pas de faire un référendum, mais de n’avoir prévenu aucun partenaire de ses intentions », a-t-il poursuivi.

« Si les Grecs sortent de l’euro, ils seront confrontés à la misère. Ce sera un drame, comme ce fut un drame en Argentine : réduction de moitié du niveau de vie, plus de la moitié de la population sous le seuil de pauvreté, … L’Europe c’est une famille il n’y a pas de grands et de petits. Lorsqu’un membre de la famille est malade, c’est tout le monde qui se sent mal ». En ce sens, nous devons soutenir la Grèce, « d’autant plus que, si elle fait faillite, si elle s’écroule, la question qui se posera sera : qui est le prochain ? », a prévenu le leader centriste.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire