RSS Facebook Twitter
Patrick29Artus
 

L’interview de Patrick Artus, auteur de « La France sans ses usines »

Dans le cadre de l’émission « On n’arrête pas l’eco » du samedi 29 octobre, deux passages très instructifs sur la situation des PMI en France apportent un éclairage intérressant sur les différences entre l’Allemagne et la France.

à partir de la vingt-deuxième minute : pourquoi l’industrie n’est-elle pas plus performante ?

===> les relations entre  les donneurs d’ordre et les fournisseurs illustrées par le témoignage d’un médiateur chargé de régler les litiges entre PMI et grands groupes en Lorraine

à partir de la trentième minute : les raisons de l’absence de grosses PMI

===> l’interview de Patric Artus

contrairement au discours officiel, les 35 heures ne font pas partie des causes principales de la désindustrialisation alors que 17% des plus grandes PMI sont rachetées chaque année par les grands groupes.

===>cliquer ici pour écouter l’émission

 

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire

 
 
 
 
 
 

1 Commentaire

Paradoxe, dans la relation de sous-traitance, en France (mais pas seulement) ce sont les « Créditeurs » c’est à dire les fournisseurs qui payent les intérêts des débiteurs par l’escompte de leurs traites. Les PMI font la trésorerie de leurs clients.
Le problème des PMI ne se limite pas à leurs relations avec les grands donneurs d’ordres, mais surtout avec l’état. Les délais de payement avec les administrations sont hors la loi, et parfois atteignent des durées ahurissantes.

Par André HANS, le 30 novembre, 2011