RSS Facebook Twitter
bayrou-france-inter
 

« L’un des pays qui a le plus à craindre d’une vague de défiance de l’euro, c’est la France! »

François Bayrou, invité de France Info mercredi 26 octobre, a appelé à « une réponse d’ensemble » à la crise de la dette, estimant que « l’un des pays qui a le plus à craindre d’une vague de défiance de l’euro, c’est la France ». Il s’est par ailleurs prononcé « contre le budget 2012 présenté par le Gouvernement, car il n’est pas fondé sur la réalité ».

« Nous sommes dans une crise très grave. Les réponses au coup par coup ne peuvent pas suffire », a mis en garde François Bayrou. « Il faut une réponse d’ensemble. Je demande qu’une dette contractée par un pays de la zone euro doit être garantie par l’ensemble de la zone », a-t-il appelé. « Trouver une réponse d’ensemble, cela veut dire qu’on trouve un mécanisme qui fait que plus personne ne pourrait s’attaquer à la dette d’un pays de la zone euro », a-t-il fait valoir.

« Il ne s’agit pas d’aider les Grecs, on a eu tort de laisser s’accréditer cette idée », a lancé François Bayrou. « Lorsque l’on aide la Grèce, on n’aide pas simplement les Grecs ou l’euro, on aide la France ! » s’est-il exclamé. « L’un des pays qui a le plus à craindre d’une vague de défiance de l’euro, c’est la France », a-t-il estimé. « La traduction sera que les taux d’intérêt augmenteront et donc que les impôts des Français augmenteront », a-t-il prédit.

« Si j’avais été en responsabilité, je n’aurais pas laissé attaquer la dette grecque », a-t-il déclaré, se prononçant contre la décote partielle de la dette souveraine grecque détenue par ses créanciers privés. « Vous avez un titre de 100 euros sur la dette Grec, on ne vous remboursera que 50 euros ? Ce choix est une erreur », a-t-il condamné.

« J’ai voté contre le budget 2012 présenté par le Gouvernement, car je ne le crois pas fondé sur la réalité », a-t-il souligné. « Avoir des hypothèses favorables au moment de présenter le budget suivant, c’est quelque chose que je n’apprécie guère. Ce budget ne sera ni applicable, ni appliqué », a-t-il mis en avant. « J’ai voté contre le budget car je ne suis pas dans la majorité et que celui-ci est mensonger », a insisté le leader centriste.

« Les erreurs d’orientations, faites par le Gouvernement depuis 2007, nous les payons aujourd’hui », a-t-il déploré. « Je suis en désaccord avec le Gouvernement, qui dit qu’il n’y aura pas besoin d’augmenter les impôts ». D’autre part, « je suis en désaccord avec le PS lorsqu’il dit qu’il augmentera les impôts mais aussi de beaucoup les dépenses, » a-t-il regretté. « Il faudra réduire les dépenses et sûrement augmenter les prélèvements pour arriver à l’équilibre », a-t-il prévenu.

Selon François Bayrou, « le retour à la retraite à 60 ans est un mensonge ». « La création de 300 000 emplois jeunes est un autre mensonge », a-t-il dit.

« Seuls 11 pour cent des Français se disent confiants, c’est incroyable pour un pays comme le nôtre ! » s’est-il exclamé. « Pendant cette campagne, je dirais la vérité le matin, le midi comme le soir », a insisté le député béarnais.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire