RSS Facebook Twitter
sarnez5
 

Taxe sur les transactions financières : « une contribution équitable de la part du secteur financier à l’effort collectif »

 

Marielle de Sarnez, eurodéputée du Mouvement Démocrate et responsable des Affaires étrangères au sein du Shadow cabinet, s’est félicitée de l’annonce faite mercredi 28 septembre par le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, de la création à compter du 1er janvier 2014 d’une taxe sur les transactions financières dans les 27 États membres de l’Union.

« Depuis le premier vote au sein du Parlement européen d’une résolution en janvier 2000, nous n’avons cessé de soutenir cette idée d’un prélèvement direct d’une fraction extrêmement faible des sommes qui circulent dans tous les échanges bancaires », a rappelé Marielle de Sarnez.

« Taxer les transactions bancaires constituerait une contribution équitable de la part du secteur financier à l’effort collectif », a-t-elle expliqué. « En cette période de crise dans laquelle nous sommes, il s’agit d’un bon signal pour tous les Européens, » s’est-elle félicitée.

Pour Marielle de Sarnez, cette taxe est « saine car elle privilégie le long terme au court terme. Face au développement du trading à haute fréquence, qui permet des milliers d’opérations à la micro-seconde, sans personne derrière l’ordinateur, il est assez normal de taxer ce type de transactions à 0,01 pour cent voire plus », a-t-elle souligné. « L’économie pourrait ainsi se voir repositionner sur l’activité réelle et non plus virtuelle », a-t-elle estimé.

« Une telle mesure pourrait rapporter 55 milliards d’euros par an », a-t-elle mis en avant. « Le Parlement et le Conseil, où chaque État dispose d’un droit de veto fiscal, décideront du sort du projet dans les mois qui viennent », a-t-elle conclu

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire