RSS Facebook Twitter
bayrou20
 

« Pêche et élevage, deux exemples de l’urgence à reconquérir la production ! »

 

François Bayrou a effectué, lundi 12 septembre, un déplacement en Bretagne, à la rencontre de marins pêcheurs et d’éleveurs, dont les difficultés témoignent de l’urgence de reconquérir des pans entiers de notre production en France.

Arrivé à Saint-Brieuc en fin de matinée, c’est depuis le port de Saint-Quay-Portrieux que François Bayrou a pris la mer, à bord du bateau de pêche l’Hippocampe, barré par Pierrick Leroux. Il était accompagné de plusieurs élus locaux centristes, dont Bruno Joncour, maire de la ville et responsable du Littoral et de la Mer au sein du Shadow cabinet, et Grégoire Le Blond, maire de Chantepie et président départemental du MoDem.

« Avançons vers une nouvelle conception des bateaux »

Ce tour de la baie fut l’occasion d’un dialogue nourri avec les représentants des marins pêcheurs, qui s’est ensuite poursuivi longuement autour d’un déjeuner, auquel participaient Alain Coudray, président du comité local des pêches et Michel Giblaine, président de l’Association régionale de développement de la coopération maritime. Les sujets abordés furent nombreux: les cours, les volumes, les quotas, … Malgré d’importantes difficultés, dues en partie à la hausse du prix du gazole et à la raréfaction de certaines ressources, le leader centriste s’est montré optimiste : « Il existe des pistes d’espoir et de solutions pour la pêche, à condition qu’on en finisse avec la paresse intellectuelle et les habitudes administratives ».

François Bayrou a notamment appelé les pouvoirs publics à soutenir davantage les actions en faveur d’une nouvelle conception des bateaux, qui permettrait une réduction de leur consommation énergétique, allégeant ainsi significativement les coûts pour les marins pêcheurs. « Tout cela ne dépend que d’une seule décision administrative », a-t-il souligné au journal Le Télégramme.

« Les agriculteurs, ce sont des gens
parmi lesquels j’ai grandi. »

Ce déplacement s’est poursuivi au Salon des productions animales (SPACE) à Rennes, aux côtés de Jean-Michel Lemétayer, co-fondateur du salon et président de la FNSEA. « Au lieu d’être dans la presse, au milieu de tous les officiels, je trouvais plus intéressant de voir la mise en place du salon, parce que les éleveurs peuvent parler plus facilement. Les responsables du SPACE ont accepté ma visite ; et comme je suis également éleveur, cela a facilité les choses », a-t-il expliqué au journaliste de Ouest France qui l’interrogeait.

Une démarche en effet appréciée par les nombreux professionnels du monde agricole présents, qui ont longuement discuté avec le leader centriste. « Les agriculteurs, pour moi, ce n’est pas un électorat, ce sont des gens parmi lesquels j’ai grandi. Ils vivent leur métier, leurs difficultés, ça vaut la peine qu’on s’y intéresse ! Je suis déjà venu plusieurs fois ici, d’abord parce que j’aime cela, l’agriculture, l’élevage, les animaux », a commenté François Bayrou.

« Contractualisons, pour sortir des fluctuations
du prix du lait ! »

La crise laitière était au cœur des discussions, ce lundi après-midi. En la matière, le président du Mouvement Démocrate s’est fondé sur sa propre expérience : « J’ai fait dans ma jeunesse de l’élevage bovin laitier et je constate auprès des membres de ma famille qui sont toujours dans cette filière, leur très grande préoccupation », a-t-il témoigné.

« J’observe donc attentivement les négociations qui sont en cours sur la contractualisation et j’espère de tout cœur que cela va se faire. Elle est le seul moyen pour qu’on sorte des fluctuations de prix, qui sont tragiques pour les éleveurs », a-t-il analysé. « L’enjeu est que les contractants arrivent à un équilibre, qui permette aux éleveurs de vivre », a conclu François Bayrou.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire