RSS Facebook Twitter
wehrling-conseil-national
 

Mise sur écoute d’un journaliste du Monde : « Nous sommes dans une démocratie malade »

 

Yann Wehrling, porte-parole du Mouvement Démocrate, s’est dit mardi 6 septembre « indigné » par les écoutes réalisées par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) à l’encontre d’un journaliste du journal Le Monde.

« Claude Guéant déclare à la place des juges qu’il n’y aura pas de sanction. Cela témoigne d’un dysfonctionnement grave du ministère de l’Intérieur. »

« Les récentes révélations à propos de ce que le ministère de l’Intérieur aurait commandité à travers ses services pour découvrir les sources d’un journaliste du Monde sont extrêmement graves. De manière avouée et assumée par le ministre de l’Intérieur, les moyens de la police judiciaire ont été mis au service du pouvoir politique, sans passer par la Justice, sans faire appel à la décision d’un juge », a analysé le porte-parole du Mouvement Démocrate.

« Ils sont passés outre les dispositions légales et ont donc commis une infraction à la loi. C’est une situation extraordinaire, qui rappelle des années noires de l’exercice du pouvoir en France », a-t-il poursuivi. « On pensait ces pratiques terminées, mais elles continuent. C’est scandaleux », s’est indigné Yann Wehrling.

Le porte-parole du Mouvement Démocrate a par ailleurs estimé que « le ministre de l’Intérieur vient alourdir ces faits en clamant, à la place des juges, qu’il n’y aura pas de sanction. Ceci témoigne d’un dysfonctionnement majeur du ministère de l’Intérieur, qui assombrit un peu plus encore la manière dont les choses se passent entre le pouvoir et la justice et nous prouve que nous sommes dans une démocratie malade ». Pour Yann Wehrling, il faut avant tout laisser la Justice faire son travail : « Il y a une plainte de déposée, M. Guéant ne doit pas se considérer au dessus des lois ».

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire