RSS Facebook Twitter
Bayrou-canalplus-matinale
 

« Changer l’équilibre profond du pays est le seul chemin possible pour s’en sortir »

François Bayrou, invité de la matinale de Canal+ le 30 août 2011, a déclaré qu’il n’y avait « aucune chance que l’on redresse le pays sans changer profondément l’équilibre de la vie politique ». Revenant sur les propositions de Martine Aubry, il a indiqué qu’elles étaient « fallacieuses » et « impossibles à réaliser dans un pays qui subit l’hémorragie que nous subissons ».
Dominique de Villepin a dit sur notre plateau hier qu’il était favorable à une candidature de rassemblement; vous-même, vous défendez l’idée d’une majorité de courage. On se dit qu’il y a peut être une passerelle entre vous. La question qui se pose ce matin : un tandem Bayrou-Villepin, est-ce que c’est sérieux ?

Il y aura des rassemblements, il n’y a aucun doute dans mon esprit sur ce point et ces rassemblements répondront à l’attente des Français. Mais ce que viennent d’entendre ce qui vous écoutent, c’est que la pauvreté en France a augmenté et qu’il y a désormais presque un Français sur six qui vit au-dessous du seuil de pauvreté. Ils ont entendu que le chômage augmentait, ils ont entendu toutes les difficultés qu’on rencontre en sécurité, eh bien tout ceci est lié. Car comme vous l’avez dit très justement en parlant du livre, le livre soutient la thèse qu’il y a une cause principale à tout ça, c’est qu’on ne produit plus assez en France.

On reviendra sur votre livre. Mais d’abord, il y a une présidentielle dans quelques mois. Dans votre livre, il y a un projet ; la rencontre entre un homme et un peuple, il y a la même chose dans le livre de Dominique de Villepin mais on ne comprend pas ce que ça veut dire une candidature de rassemblement. On ne comprend pas ce que ça peut donner dans une présidentielle et on ne comprend pas ce que ça peut changer pour les gens qui vous regardent.

Je ne vous ai pas parlé de ce sujet c’est vous qui en avez parlé. Pour moi, la question des candidatures vient après le concret. Qu’est-ce qui se passe en France qui fait que ça aille si mal, qui fait que beaucoup de Français n’y croient plus ? Ils entendent les candidats se promener en France avec des rodomontades qui disent « avec moi ça changera par rapport au reste ». Et je ne vous parle pas ici du centre ou de moi, pour une fois.

C’est pour cela que ça nous intéresse ; on se demande s’il y a quelque chose de nouveau dans la candidature de rassemblement et dans cette « majorité de courage ». Y a t-il quelque chose de nouveau dans la façon d’appréhender la présidentielle et les solutions ?

Non seulement il y a quelque chose de nouveau, mais je vous le dis, ceci est obligatoire. Il n’y a aucune chance qu’on redresse le pays sans changer profondément l’équilibre de la vie politique. Si l’on en reste à ces guerres stupides que vous mettez en scène avec plaisir et délectation ; si l’on n’en reste à ça, on n’a aucune chance. Je sélectionne deux questions, peut être y en a t-il d’autres mais je n’en vois pas qui soient aussi importantes. Pourquoi les gens s’appauvrissent, parce que le pays s’appauvrit et il s’appauvrit car ses ressources s’en vont à l’extérieur. Tous les mois, tous les ans ce sont des milliers de millions qui partent à l’extérieur.

On entend ce que vous dites, mais le sujet qu’on entend depuis hier c’est la sécurité. Martine Aubry nous dit qu’elle sera la présidente de la sécurité, à l’occasion d’un déplacement à Marseille. Croyez-vous à la révolution culturelle du Parti Socialiste ?

Ils feront ce qu’ils peuvent, mais comme vous le voyez, c’est de la mise en scène de candidature. Ce matin, j’écoutais la réaction de certains Marseillais, ils disaient « c’est du marketing ». J’essaie de le faire le moins possible. En matière de sécurité, je crois qu’il y a des changements à apporter dans l’organisation de la sécurité. Ce n’est pas cent policiers de plus comme le dit Claude Guéant qui changeront quelque chose.

10 000 de plus dit Martine Aubry.

Oui alors on va augmenter le budget de la sécurité, on va augmenter le budget de la culture, on va mettre la retraite à 60 ans, on va créer 300 000 emplois jeunes… Tout cela, vous voyez bien que c’est impossible dans un pays qui subit l’hémorragie que nous subissons. Toutes les promesses qui vont être faites seront fallacieuses tant que l’on ne se fixe pas comme objectif de changer l’équilibre profond du pays. Il n’y a aucune chance que cela se réalise. Vous pouvez annoncer toutes les hausses de fonctionnaires que vous voulez, cela ne se fera pas si nous n’avons pas les moyens de le faire.

Se faire élire en promettant du sang et des larmes, ça ne va pas être évident !

Ce n’est pas du sang et ce n’est pas des larmes, c’est l’espoir. Quand Churchill a utilisé cette expression c’était pendant la bataille d’Angleterre. Ce n’est pas du sang et des larmes, c’est le seul chemin possible pour s’en sortir. Si quelqu’un en a un autre, on confrontera les projets, les points de vue. Mais je ne connais pas d’autres moyens pour une entreprise, pour une famille, pour un commerce, pour une association que de faire qu’il y ait moins de ressources qui sortent et plus de ressources qui rentrent pour supporter les politiques que nous avons à faire. Mais en matière de sécurité, c’est un changement profond d’organisation, notamment dans les quartiers difficiles dont on a besoin.

Sur la règle d’or, un référendum serait envisageable ?

Je pense que c’est vrai, la règle d’or, c’est l’interdiction d’emprunter pour les dépenses courantes du pays. Quand on veut investir pour un hôpital, pour une université, c’est normal qu’on emprunte parce qu’on en partage la charge avec les générations futures. Mais pour notre train de vie courant, on ne va pas emprunter pour vivre. J’avais proposé cette règle bien avant Nicolas Sarkozy.

J’aime ou j’aime pas les excuses de DSK aux salariés du FMI ?

Il est bien qu’il l’ait fait et c’est une manière pour lui de retrouver un certain équilibre.

Jacques Chirac sera présent à son procès le 5 septembre ?

Il le faudra, c’est la règle pour tout le monde. Dans les moments sensibles c’est la loi.

Ettore Scola fait ses adieux au cinéma ?

Un grand ! C’est bien de le saluer. J’aime ce type de cinéma là.

Publier son livre sur Facebook comme le fait Maurice Leroy ?

C’est bien.

Visionnez l’intégralité de l’émission en cliquant ici.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire