RSS Facebook Twitter
 

Du côté des femmes, résolument.

Si nul ne peut prétendre, aujourd’hui, détenir la vérité sur ce qui s’est passé dans la chambre 2806 du Sofitel de Manhattan ; si nul ne peut se réjouir de la situation dans laquelle, coupable ou innocent, Dominique Strauss-Kahn est enfermé , s’il reste regrettable que des propos aient pu choquer.

On peut toutefois se satisfaire que l’’affaire DSK, dans ce qu’elle véhicule d’incompréhensible, ait réussi à ébranler le mur du silence autour d’une certaine réalité des relations hommes-femmes. Elle a ouvert une formidable fenêtre d’échange autour des violences faites aux femmes qu’elles soient physiques, sexuelles, morales, ou financières et éclairé la manière dont les rapports entre les genres sont mis à mal quotidiennement dans toutes les strates de la population.

Histoire de génération, dit-on ?! Non, histoire d’éducation. Une éducation qui ne peut se faire sans un véritable examen de conscience, et une véritable envie politique de faire bouger les choses dans le sens de plus d’équité et de respect. Un travail de proximité auquel je suis sensible et dans lequel je me suis impliqué. Le soutien nécessaire à apporter aux femmes seules ou à celle subissant des violences fut d’ailleurs un de mes sujets de campagne lors des dernières cantonales. Je souhaite m’impliquer plus largement encore, en tant que citoyen, mais aussi dans le cadre de mes responsabilités d’élu.

Guy Torreilles

Conseiller Municipal
Conseiller Communautaire
à l’Agglo Orléans Val de Loire

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire